Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecriture - Page 4

  • Avec les voix de la terre

    Dans la lettre N°3, j'ai évoqué Jérémy Cronin, poète sud-africain. J'ai l'ai découvert dans l'anthologie "Poèmes d'Afrique du Sud" composée par Denis Hirson (1). Une anthologie avec des poèmes souvent nés à l'oral, venus du bantou, du bochiman, du zoulou, du xhora et traduits en anglais ou en afrikaans.

    L'écriture de Jérémy Cronin puise dans la terre, les voix qui l'entourent, celles des hommes, des femmes, des enfants, les paysages qui illuminent, les dialectes, les couleurs de peau, le noir du charbon, le brun des montagnes. On entend les syllabes nées dans les taudis, le tremblement des wagons et les voyelles à peau tendue. 

    Ses mots résonnent, ils nous disent combien il faut faire attention à chacun autour de nous, à chaque chose. C'est là qu'il faut puiser notre force, avec les voix de notre terre.

    Il a vécu l'apartheid.

    Denis Hirson rapporte dans l'introduction de son anthologie les paroles de Oupa Thando Mthimkulu :

    Il n'y a pas pire que l'exil à l'intérieur du pays”

    Denis Hirson poursuit : mais peu de poètes sont pour l'instant en mesure de donner forme à la mémoire de l’apartheid. 

    Ce qu'ils ont su faire, par contre, c'est inventer les voix de la terre, conscients que son avenir est une énigme plus qu'un rêve.

     

    Voici le texte de Jérémy Cronin, Apprendre à parler :

    Apprendre à parler

    Avec les voix de la terre,

    Fouiller les discours de ses rivières,

    Saisir dans le grognement confus,

    Bégaiement, cri, appel, bredouillement, embrouillaminis

    Un sens de l’essence de ces pierres

    D’où tous les mots sont ciselés.

    Suivre avec la langue la voie des wagons

    Disant le suffixe de leurs maux en -kuil, -pan, -fontein,

    Dans des noms d'eau qui confirment

    La sécheresse de leurs façons.

    Voir les lieux d'occlusion, ou comment

    L'aurore lèche un marais.

    Ensevelir ma bouche dans le creux de ton bras,

    Dans ce planétarium,

    Début pectoral du cœur du temps

    Là en bas près du niveau d'eau, sentir

    La pleine lune battre

    Dans l'arrière-gorge

    Sa voyelle de peau tendue

    Écrire un poème avec ces mots-là :

    Sur la tête de ma mère

    Stompie, stickfast, golovan,

    Sangololo, juste boombang, juste

    Pour comprendre les moindres inflexions

    Exprimer sans avaler

    Les syllabes nées dans les taudis, ou attraper

    Le train de cinqueuetqua

    de Channisbou, arriver

    Au chant de basse de l’équipe des mineurs

    Lueur minérale de la résolution sans faille de notre peuple.

     

    Apprendre à parler

    Avec les voix de cette terre. (2)

    (1) Poèmes d'Afrique du Sud, Anthologie composée par Denis Hirson, Ed. Actes Sud et Ed. Unesco. 2001

    (2) Jérémy Cronin, Apprendre à parler. Il est né en 1949, il a étudié la philosophie à l’université du Cap et à la Sorbonne.

    André Cohen Aknin (AAKC)

    Lettre d'un colporteur-liseur N° 4

    PS : Si vous souhaitez partager ces lettres sur vos réseaux, n’hésitez pas.

  • Lueur

    L'homme périt de son propre venin

    Mais s'élève dans la lueur qu'il esquisse

     

    C'est ce que nous dit Andrée Chedid (1), une femme qui s'est nourrie de rencontres à travers l'Egypte, le pays de sa naissance, le Liban, puis la France. Elle a su être à l'écoute des hommes et des femmes ; elle a aimé leurs langues, s'est délectée de chaque coin de rue, de chaque bout de terre, de chaque voyelle. Ses écrits, romans - nouvelles - poésie, révèlent son talent et sa générosité ; ils nous disent combien les épreuves et la souffrance sont présentes, mais aussi qu'il y a une lumière et qu'elle est à notre portée, parce qu'elle est en NOUS !

     

    Eveille en toi l'autre regard !

    Celui qui transgresse le monde

    Et distance le monde singulier (2)

     

    Dans un autre poème, elle nous dit encore :

    Nous jouons l'existence 

    Contre un décor

    qui fuit

     

    Ils meurent nos vieux soleils

    Ils meurent pour mieux renaître ! (3)

     

    Nous sommes heureux, Geneviève et moi, d'avoir rencontré cette dame attentive aux autres, d'avoir ressenti son énergie, sa chaleur humaine, d’avoir donné sa poésie en public. Sa vibration est toujours présente.

    Andrée Chedid, “Poèmes pour un texte” (1970-1991). Ed. Flammarion. Extraits de 1) Le mouvement p.63 - 2) L'autre regard p.51 - 3) Pour renaître p. 65

    André Cohen Aknin (AAKC)

    Lettre d'un colporteur-liseur N° 2

  • La poésie nous accompagne

    La poésie nous accompagne

    “Si tout poème est une fête, il est en même temps une arme” écrit le poète Guillevic

    Sommes-nous alors dans un combat ? 

    Oui. Un combat contre l’aveuglement énergétique et social, l’individualisme, le manque de courage et de perpectives.

    C’est pourquoi, le Collectif citoyen appelle à un réveil, chacun à sa mesure, pour aller à la rencontre de l’autre, pour partager, ici à Bourg-de-Péage, pour imaginer des transitions dans cette période bouleversée que nous vivons, pour agir, et, ceci, dans l’intérêt de tous.

    Ma mesure est de dire que ce partage peut aussi se faire par les mots des poètes.

    Leurs poèmes ne se nourrissent pas que de roses et d’oiseaux ; ils ne nous parviennent pas de limbes inaccessibles et ne sont pas qu’un souvenir évanescent d’un lointain passé scolaire.

    Leurs poèmes ont leur place parmi nous, au plus près de notre quotidien ; ils savent nous sublimer, ouvrir notre horizon. Guillevic écrit : 

    « Il y a des limites 

    partout tu en trouveras

    Sauf dans ton désir 

    de les franchir”

    La poésie est à tous ! Elle nous tient éveillés, vigilants, comme le souligne Philippe Jaccottet : le travail du poète est… “de veiller comme un berger et d’appeler tout ce qui risque de se perdre s’il s’endort”

    La poésie avance. C’est pourquoi, j’en suis convaincu, elle fait partie de cette transition, dont nous parlons si abondamment. Et avec elle tous les autres modes d’expression culturelle.

    Je voudrais apporter ici, de temps à autre, le texte d’un poète pour nous accompagner.

    André Cohen Aknin (AAKC) 

    Lettre d'un colporteur-liseur N° 0 publiée sur le site LE PEPS

    *

    Voici la lettre N°1 :

    Chers tous,
    Comme vous le savez, je suis un colporteur-liseur depuis de nombreuses années, seul ou en compagnie de Geneviève Briot et parfois avec d'autres lecteurs, des musiciens.
    La situation d'urgence à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui, pour cause de coronavirus, ne me permet pas d’être près de vous, physiquement s'entend. 
    C'est pourquoi je prends un autre chemin. Je le ferai par mail, comme si je vous donnais un texte à l'oreille.
    Je vous adresserai, de temps à autre, quelques mots et des textes de poètes, de ces hommes ou de ces femmes volants pour qui le temps ne compte pas et qui savent avant l'heure.
  • D'azur et de feu - Sept visages de Josette Duc

    josette duc,genevieve briot,jean-luc boire,colombe de dieuleveult

    Une dynamique s'installe autour de la publication par "Bleu31" de la biographie de Josette Duc écrite par Geneviève Briot, avec Jean-Luc Boiré illustrateur, Colombe de Dieuleveult graphiste. 

    "L'amour fut la grande affaire de Josette Duc. Il y eut Robert, le mari anarchiste et poète, et aussi Alexandre Marius Jacob, "l'honnête cambrioleur ; d'autres amours ont ensuite enflammé cette femme de désir, gourmande de vie. Nourrie de poésie, libre par-dessus tout, elle cultive l'amitié et enseigne avec ferveur. Elle danse, chante, parcourt le monde, poussée par une curiosité insatiable, par son "goût des autres".  Le cœur sur la main et en quête de spiritualité, elle trace un chemin original.

    Geneviève Briot, sous une plume sobre et minutieuse, nous livre un récit fidèle aux entretiens qu'elle a eus avec Josette Duc."

    Vous pouvez souscrire dès maintenant pour aider à sa parution.
    Prix de l'ouvrage : 18€
    Frais de port pour chaque ouvrage : 4,20€
    Vous pouvez télécharger le bulletin de souscription et l'adresser ainsi que le règlement à l'adresse postale :
    Association BLEU 31, Les Chapeliers - Bât A - 5 rue du Sergent Bouchet - 26300 Bourg-de-Péage.
     
    Merci de transmettre l’information sur votre réseau.
     
  • Retour aux sources

    20191022113128_IMG_0272.jpg

    En retournant dans mon village natal, je voulais tirer la porte derrière moi, la porte de mon enfance. Bien la refermer. Mais la lumière de la Lorraine m'a kidnappée.
    Le passé revêt le tissage du présent.  Un arc-en-ciel traverse le temps. Les bruits d'autrefois murmurent en souterrain. Mes enfants toujours perles à mon collier s'émerveillent devant le village retrouvé et mon visage. Vision bucolique ce matin-là sur le mont Curel où paissent des moutons tandis que huit milans royaux  tournent dans le ciel. Sur la pierre moussue du grand lavoir, coule une eau limpide qui éveille le clapotis des sept fontaines d'autrefois. Ce pays coule dans mes veines.

    La Tarpe fut pâturage aux temps lointains. Mon souffle de fillette en pleine course traverse encore la clairière blanche de silence. Le sous-bois odorant parle dans ses feuilles froissées. Comme le hêtre qui a mangé la statue posée à son pied depuis tant d'années, les arbres me boivent jusqu'à la moelle. Ils sont ma famille. Suis-je un arbre ? Mon père le savait qui me traitait de tête de Holz, tête de bois. Je suis forêt par mon père. Il y a peu, dans mon sommeil, il me prenait par la main et m'emmenait sous les ombrages.

    Je suis chant de la ville par ma mère. Le Mirecourt de mon adolescence s'est épanoui dans ses violons. À Nancy où je suis née, le Jardin éphémère de la Place Stanislas rayonne sous forme d'une sculpture, une main d'Emile Gallé, main aux cinq doigts, aux cinq sens. Nature dans ses créations sur verre, sur bois. Une "armoire arbre" témoigne du lien entre l'arbre et l'homme. Main de la fraternité humaine et végétale.

    Au village, je pensais ne plus connaître personne. Mais des mains se tendent, des portes s'ouvrent, des tables d'amitié nous invitent ici ou là. Le présent se renoue à autrefois et ne forme qu'une seule image, multiple. Il faut revenir à l'enfance, fermer la boucle d'une vie pour qu'elle devienne bulle irisée qui s'envole vers la Source de vie.

    octobre 2019

    Geneviève

    20191024105543_IMG_0439.jpg

  • "Soupe aux livres"au Baz'Art des Mots

    Le samedi 19 octobre à 18h30

    La librairie Le Baz'Art des Mots (Hauterives) reçoit LA SOUPE AUX LIVRES

    avec les Éditions PAROLE qui parleront de L’homme semence de Violette Ailhaud dont nous fêtons le centenaire. Ils parleront de la manière dont ce texte a été écrit et publié, de l’engouement qu’il suscite aujourd’hui : film, lectures, spectacles, traductions…

    Nous parlerons aussi d’Alain Lèze, cet autre « homme semence » qui semait les graines contenues dans les livres pour qu’elles grandissent en chacun de nous. Nous évoquerons l’enthousiasme qui l’a amené à créer et faire vivre avec Patricia le Baz’Art des Mots.

    Venez lire le passage d’un livre qu’Alain Lèze vous a fait découvrir et qui vous enchante encore (séquence de 2 minutes). Ce moment convivial est le vôtre, le nôtre.

    Participation au repas : 6€

    Merci de réserver

    le.bazart.des.mots@orange.fr

    04 75 68 95 40

    l'homme semence,violette ailhaud,alain lèze,baz'art de mots,patricia lèze,éditions parole,la soupe aux livres

  • Hors les murs - interview

    Dimanche 15 septembre, nous avons eu le plaisir de participer à “Hors les murs”, un événement organisé par Radio Méga et le village de Geyssans. Lors d’une interview, nous avons pu rappeler notre démarche poétique et dire quelques poèmes. Nous avons ensuite échangé au long de l'après-midi avec des visiteurs et même dit des textes à l'oreille…

    Radio Mega - André 15 sept 2019.jpg

     

    Interview :
    podcast

  • Hors les murs Radio Mega

    radio mega,hors les murs,bleu 31,geneviève briot,andré cohen aknin,geyssans

    Radio Mega a choisi Geyssans pour un échange culturel avec les habitants.

    Rencontres et festivités le dimanche 15 septembre 2019 de 14h à 21h

    L'association Bleu 31 sera interviewée à 14h à propos de ses actions poétiques.

    Nous serons également présents dans l'après-midi avec nos livres pour vous rencontrer.

  • En suivant François Cheng

    "Consens enfin à être
    L'humus sans fond
    Pour retourner la vie
    De fond en comble"
    François Cheng
     
    Nous avons quitté la maison qui a résonné de poésie
    nous avons quitté le chêne qui nous a rassemblés
    et les arbres qui portent des noms d'enfants
     
    Nous sommes lavés du passé
    nous parlons à la rivière
    Geneviève
     
    "Les désirs que nous portons en nous
    Ne sont-ils bien plus grands que nous ?
    Si grands qu'ils rejoignent l'originel
    Désir par quoi la lumière fut."
    François Cheng