Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Salons du livre

  • Silence !

    Voici ce que j'avais projet de lire en préambule lors de la table ronde "dire avec la voix, dire avec la plume" des "27 heures chrono" Baz'Art des Mots (2014). Faute de temps, le débat n'eut pas lieu. Ce n'est que partie remise, j'espère. On me demandait un avis tranché. Le voici :

     Je pense que dans ce monde où l'actualité nous parvient comme un tourbillon, nous manquons cruellement de silence.

    Le silence appartient au processus de la parole comme il appartient à la musique. Indispensable.

    On peut comparer le silence au vide de l'univers, la voix aux étoiles et aux planètes. Le silence est un immense champ de découverte. Il est un renouvellement de la parole pour qu'elle devienne audible. 

    Parole et silence semblent des contraires, alors que l'un possède l'autre comme le Yang et le Yin sont réunis en chaque partie du corps, en chaque chose. Le lien est constant. Un peu comme au théâtre où les "contraires" provoquent le mouvement. Rien n'est statique, rien n'est acquis. Un peu aussi comme la décroissance, dont on parle aujourd'hui, qui n'est pas la négation de la croissance mais son renouvellement. Le silence est source de renouveau pour la parole parlée et écrite. Donner un sens à l'un donne un sens à l'autre.

     Le silence comme viatique à la fête, à la pleine possession du corps. C'est aussi un temps où l'on apprend à parler avec la voix de la terre.

    Le silence comme époux de la parole. "La poésie, ce sont les noces de la paroles et du silence", nous dit Guillevic.

     Transversalité de la parole et du silence, comme oralité et écriture, corps, espaces, matières. Des lieux sans frontières.

     Je propose de fomenter des silences, jusqu'à l'insurrection ! Créons des brigades de silence !

     Le silence comme un rêve de l'autre. Aucune rencontre n’est anodine. C’est “l’autre” qui te métamorphose. Aller à sa rencontre, c’est aussi aller à la rencontre de soi, trouver la source d’une renaissance, inventer le temps qui reste.

    Offrons-nous ces moments. Partageons-les comme on partage un repas. D'autres paroles viendront ensuite, naturellement.

    Jusqu'à la débandade. 

    Aux mots du poète Alain Borne "Je pense que tout est fini qui retenait la toile / Je pense qu'il reste dorénavant surtout à mourir". Ce qui, ici, retient la toile est pour moi le silence. Je préfère ceux pleins de vie et de fougue de Blaise Cendrars "Quand je pense, je suis un animal en rut qui se vautre la verge haute stupide vers le futur. Quand je pense, je suis la débandade effrayée des sons d'une symphonie, la débandade de l'harmonie et du silence".

    Je termine ce préambule avec Philippe Jaccottet : "Le travail du poète est de veiller comme un berger et d'appeler tout ce qui risque de se perdre s'il s'endort".

    André Cohen Aknin, juin 2014

  • Lectures publiques - 1er trimestre 2O14

    - 15 janvier - Villa Boréa, Romans - "DES CERISES EN HIVER" par Geneviève et André (privé)

    - 23 janvier - Médiathèque Simone de Beauvoir - Romans, 18h30 -  "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    - 25 janvier - Bibliothèque de la Motte de Galaure, 17h - "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    - 5 février – Romans Accueil, 14h - "VIVRE ENSEMBLE" par Geneviève et André (adhérents)

    - 9 février – Festipage à Miribel, lecture par Geneviève "DES CERISES EN HIVER" selon "roue du hasard" (entrée libre)

    14 mars chez Agnès et Michel Guillemoto-Pesenti - Valence, 20h30 - par André  "LE SOURIRE DE L'ABSENTE". Nombre de places limitées. Veuillez réserver votre soirée au 04 75 43 58 95  agnès.guillemoto@hotmail.fr

     - 22 mars – Théâtre de la Courte Echelle – Romans -  Lecture Poésie. A confirmer

     - 29 mars - Médiathèque La Passerelle – Bourg les Valence – 15h "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    *

    Geneviève et André présenteront leurs livres :

    - 25 janvier à la Bibliothèque de la Motte de Galaure (après-midi)

    9 février à Festipage 2014 – Salle Intercommunale de la Haute Herbasse – Miribel – 10h/18h

  • Lire en mai

    André a donné une lecture-récital de "Le sourire de l'absente" le 26 avril chez Coline à Crépol. Le chant s'est lié au texte pour lui donner plus d'ampleur. Ne dit-il pas : "je suis d'un pays où l'on parle au son du violon et de la derbouka l'écriture redevient voix sans frontières / résonne par moments le pilon de ma grand-mère cuisinière l'onde de son timbre court sous mes pas"

    Affiche-Lire-en-mai.jpg

     

    Nous présenterons nos livres au Salon de Nyons (Drôme) Lire en mai le samedi 11 mai et en particulier "Des cerises en hiver" et "Le sourire de l'absente" parus à l'automne.

    De nouveaux articles sont parus sur le site de Maif Magazine : http://www.maif.fr/livres


    Le sourire de l'absente d'André Cohen Aknin

    L’histoire qui se dévoile, au fil de textes brefs d’une grande force poétique, est celle de deux enfants dans le départ précipité de l’Algérie avec leur famille, et dans l’avenir de cette fuite… Lecteur, imaginez que, vous promenant sur un rivage de la Méditerranée, vous découvriez soudain une valise échouée là. Une valise en carton comme on n’en fait plus. Curieux à la fois de l’objet et de son contenu, vous l’ouvrez, et là, surprise ! De vieux papiers s’y trouvent… Intrigués, vous déchiffrez : des mots comme pris sur le vif, arrachés du cœur, surgissent. Alors, vous comprenez qu’on ne saurait pas grand-chose des gens de la Méditerranée, de tradition orale, tels Ulysse, si Homère ne l’avait conté. Lecteur, si André Cohen Aknin vous livre sa valise, c’est parce qu’Homère, c’est vous. (Extrait - Marie-France Moyns)

    Des cerises en hiver de Geneviève Briot

    Geneviève Briot nous livre trois destins de femmes, à partir de celui de l’ascendante Roberte, (Marguerite est son second prénom et c'est celui qui incarne ses désirs les plus profonds). Jeanne est-elle fille de Roberte, ou de Marguerite ? « La liberté est le rêve de soi. Chacun reçoit le sien en héritage venu de contrées mystérieuses », nous souffle l’auteure… La jeune Angela se questionne : « ma propre révolte s’est-elle nourrie de la résignation de celles qui m’ont précédée ? ».

    Geneviève Briot met en mots les contradictions et ambivalences  plus ou moins conscientes des femmes, filles de leur mère, petites filles de leurs grand-mères. Femmes d’hier dont les rêves contrariés sont aussi le terreau dans lequel poussent les fleurs de la liberté des femmes d’aujourd’hui. (Extrait - Marie-France Moyns)

  • Lectures en mars

    Biblio Geneviève BRIOT  Mars 2013b.jpg




    • Geneviève rencontrera les lecteurs de la Médiathèque de Pierrelatte le 21 mars à 15h et lira des extraits de son dernier roman "Des cerises en hiver"

    Bibliothèque Municipale - 2 Bld Eisntein  Pierrelatte Tél. : 09 64 09 17 60



    • André présentera le sourire de l'absente

    - à Bourg les Valence - 4ème rencontre à Livres ouverts, " la musique en toutes lettres" le samedi 16 mars de 14 à 18h. Centre musical Quai Thannaron - 26500 Bourg-lès-Valence. Contact : Laurence Creton 06 64 96 97 01. 

    - à Romans :  lecture d'extraits en compagnie de "Swingalam", avec Claudine Serme et ses musiciens -  WEEK-END POESIE à la salle Jean Vilar - Romans, le samedi 30 mars à 20h30. Renseignements et réservation au théâtre de la Courte Echelle : 04 75 02 20 76.

  • Festival du livre roman(s) à Romans 2012

    Nous aurons le plaisir de vous accueilir au festival du livre "roman(s) à Romans 2012 qui se tiendra dans la salle des Cordeliers les samedi 17 et dimanche 18 novembre. 

    des cerises en hiver,geneviève briot,l'harmattan éditions,lorraine,vie de femmes,xxesiècle

     

     

    Geneviève y présentera "Des cerises en hiver", édité chez l'Harmattan. Elle lira des extraits de ce roman le dimanche à 17h

     

     

     

    le sourire de l'absente,andré cohen aknin,atelier du hanneton,stéphane landois,librairie des cordeliers,romans sur isère,théâtre de la presle,roman(s) à romans,yvonne collino,poésie,danse contemporaine

     

    André présentera "le sourire de l'absente", édité à l'Atelier du Hanneton - Stéphane Landois.



     

     

    A4-afficheM.jpg

     


     Un spectacle texte et danse, adapté de l'ouvrage "le sourire de l'absente", sera présenté le samedi 17 novembre à 19h30 au théâtre de la Presle.

  • Des cerises en hiver

    Vient de paraître :

    Des cerises en hiverdes cerises en hiver,geneviève briot,l'harmattan éditions,lorraine,vie de femmes,xxesiècle

    de Geneviève Briot

    Editions L’Harmattan

     ISBN : 978-2-336-00081-7


     « Sa voix de soprano s'élève avec pureté dans l'espace enfumé… Elle n'a plus peur de ces paysans qui la regardent avec curiosité. Subjugués, ils ont fait silence. Son chant fait un cercle chaud dans sa poitrine, il livre une vie secrète… Le chant de Roberte dit l'éphémère et la fragilité des choses. Elle infléchit sa voix et ce murmure donné en confidence fait frissonner les plus endurcis : « Mais il est bien court le temps des cerises où l'on s'en va deux cueillir en rêvant des pendants d'oreilles ».

     En épousant Joseph en 1934, Roberte épouse son village lorrain et son métier de boulanger. Elle vacille entre le quotidien et Marguerite le double qui porte ses rêves. Elle cherche son chemin dans les livres. Une chaîne de femmes se tresse à travers elle, sa mère Célestine, ses filles Pauline et Jeanne. Qui était Roberte ? se demande sa petite-fille Angela.

     « Le sel marin, sel des origines, sème en elle un désir indéfinissable. Un désir qui ne vient pas des racines mais de l'horizon. »

    Geneviève BRIOT vient des rêves étouffés des femmes, de l'odeur des forêts sombres, d'hommes taciturnes aux pieds de glaise. Auteure de poésie, de théâtre, de livres pour la jeunesse, elle donne des lectures de textes contemporains. Après trois ouvrages sur l'Algérie, elle puise pour « Des cerises en hiver » dans son histoire familiale.

    Je présenterai mon roman "Des cerises en hiver"au Festival du livre "roman(s) à Romans les 16, 17, 18 novembre, ainsi que mes ouvrages sur le thème du monde arabe : "Najib l'enfant de la nuit" et "Un livre à la mer" - http://romansaromans.blogspot.com

    Une rencontre lecture signature autour de "Des cerises en hiver" aura lieu le 24 janvier 2013 à 18h30 à la Médiathèque Simone de Beauvoir.



  • le sourire de l'absente - livre

    "le sourire de l'absente" d'André Cohen Aknin est édité à l'Atelier du Hanneton - Stéphane Landois éditeur typographe imprimeur. Parution prévue : 15 octobre

    André donnera une lecture à la Librairie Les Cordeliers, à Romans, le 19 octobre à 19h.

    le sourire de l'absente,andré cohen aknin,atelier du hanneton,stéphane landois,librairie des cordeliers,romans sur isère,théâtre de la presle,roman(s) à romans,yvonne collino,poésie,danse contemporaine

    Le texte chante les pays du Sud, mais aussi les pays du Nord, la marche qui éveille les mots, la rencontre avec la peinture qui fait éclore une musicalité.

    Cela commence par l'arrachement à une terre, l'Algérie, et l'arrivée en métropole. Le voyage se poursuit : voyages sur les routes, voyages sur les mots. Un homme, une femme. Il chemine avec ses doutes, plonge dans l'enfance et le pays natal, réveille les bagarres de l'adolescence et la blessure de l'exil tandis qu'il s'ouvre à d'autres univers. Elle porte le chant des femmes, incarne un monde fait de silence, de musique et de mouvement. Elle et lui sont unis par un fil invisible.

    Une écriture sans ponctuation semblable à une fugue.

    "abandonner sa terre demande du temps demande qu'on laboure aux exilés il ne reste que l'encre où semer ou le sang"

    Un spectacle texte et danse "le sourire de l'absente" avec André et Yvonne Collino, danseuse chorégraphe est en préparation. L'équipe de création sera en résidence au théâtre de la Presle courant septembre. Une représentation aura lieu le samedi 17 novembre, à 19h30 dans le cadre du Festival du livre "roman(s) à Romans 2012".

  • Les haïkus des écoliers

    Le Salon du Livre Jeunesse de Roiffieux en Ardèche avait pour thème cette année Nature et forêt. La veille, je suis intervenue dans la classe de CM1 de Laurence Munoz à l'école St Joseph. Nous avions le projet d'écrire des haïhus.

    Dans la tradition japonaise, le haïku, poésie de 3 vers, s'inscrit sur le thème de la nature et des saisons. Depuis, il a évolué vers des thèmes plus diversifiés. L’écriture du haïku, selon Dominique Chipot, est une marche dans la vie, une marche paisible dont le seul but est de se faire plaisir en prenant le temps d’observer, d’écouter, de goûter, de toucher ou de sentir.

    C'est un art d'écriture qui allie précision, simplicité, suggestion et qui, pour moi, est un art de vie.

    Après avoir fait connaissance, les enfants m'ont présenté leurs poèmes précédents, haïkus d'automne et d'hiver. Nous avons esquissé collectivement quelques poésies à partir d'une page de Najib l'enfant de la nuit qui exprime les sensations d'un enfant dans la montagne.

    Et nous voilà partis vers un petit bois non loin du village, tous les sens en alerte. Sur le chemin déjà, ils écrivaient leurs premières mots. Sous les arbres, ils se dispersaient, attentifs aux bruits, aux parfums, aux images.

    Les enfants ont rassemblé leurs haïkus dans un recueil. En voici quelques-uns : 

    Les maisons en pierre

    P1120360.JPGSous le vent du printemps

    Le champ et ses lignes vertes

    Loan

     

    Un morceau de bois gravé

    Par les insectes

    Le lierre a mis ses paillettes

    Chloé

     

    Le bruit du vent dans les arbresP1120365.JPG

    Les fourmis sur les mots

    Par terre les feuilles

    Léandre

     

    Cette forêt harmonique

    Percussion de mes pas

    Nature si belle que je n'ai plus de mots

    Maëlys

     

    Écorce douce écorce rugueuseP1120366.JPG

    Le gendarme monte sur la fleur violette

    La mousse sur la pierre

    Tiphaine

     

    Les orties piquent

    Ça fait fait très très mal

    Les prunes fleurissent

    Loan

    P1120370.JPG 

    Je suis tombé dans un trou

    Plein de haïkus

    Je me fonds dans le paysage

    Maëlan

    De retour en classe, ils m'ont posé des questions sur Najib l'enfant de la nuit et surtout sur L'ogre aux pieds nus qu'ils avaient lu en classe. Le livre étant épuisé, Laurence l'avait emprunté à la Bibliothèque d'Annonay. Le lendemain, lors du Salon, les enfants se sont bousculés pour acheter les exemplaires que j'avais apportés. Hélas, je n'en avais que deux.

    Geneviève