Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le sourire de l'absente

  • J'aime lire sur un banc

    J'aime lire sur un banc. Tout comme aujourd'hui où je tiens un livre de poésie. C'est un petit ouvrage composé sur une linotype où les mots ont quitté les rondeurs de la plume pour se transformer en plomb, avant de s'étaler sur un papier vélin très agréable au toucher. J'imagine le typographe, les narines irritées par l'odeur de chauffe, tapant sur son clavier, suivant à l'oreille les rouages de la machine, en espérant qu'elle ne tombe pas en panne, parce que ces bécanes ne sont pas faciles à réparer. 
     
    Mon premier geste est de me rendre à la fin du bouquin, à l'endroit du colophon. J'aime découvrir la patte de l'imprimeur. Y a-t-il son nom, la date, le type de papier et son grammage ? A-t-il ajouté s'il sort d'une cure de raisin, s'il a été traversé par une inspiration soudaine ou s'il a dû emmener son chat chez le vétérinaire et que, pour cela, il a dû interrompre le tirage ?
     
    La patte du lecteur, quelle est-elle ?
    Sur la première page de garde du livre de poésie, j'ai noté au crayon le nom d'une femme à qui ce livre pourrait plaire et quelques mots sur un silence qui, durant une poignée de secondes, m'a coûté. Un trait de silence qu'habituellement, j'apprécie.
    J'ai tout inventé pour 
    rompre le silence
    Juste une langue à boire
    Terre nouvellement recouverte
    de goudron
    son odeur
    Revers
    d'un livre
    sur une étagère qui va du salon jusqu'à l'égouttoir
    J'ai rincé deux épis de blé 
    et m'en suis servi comme fanions de détresse (1)
    On était loin du silence épais, dantesque même, du jour où j'ai assisté, à Lyon, à la finale du championnat du monde d'échecs entre Karpov et Kasparov. J'étais accompagné de Christian, un ami menuisier, géomètre, fabricant de matelas, coureur à pied, fin lettré et chanteur de chansons révolutionnaires. À chaque coup sur l'échiquier, je l'entendais chuchoter :
    C'est pas de la couille de loup !
    C'est pas de la couille de loup !
     
    Voir de tels champions ne laisse pas indifférent. Ce que je garde également, c'est qu'on pouvait suivre la partie sur un écran. Une toile couvrait l'arrière-scène. Des lettres et des chiffres dansaient. Les deux champions racontaient une histoire que je lisais par écran interposé. Je n'avais plus besoin d'une revue ou d'un livre-papier pour suivre la partie. J'étais pourtant, jusque-là, un inconditionnel du papier. Il me fallait avoir un bouquin en mains chaque jour, en plus de mon carnet de notes. Aujourd'hui, j'ai les deux : papier et écran ; un I Pad est posé près de mon bol de café.
     
    Le livre est un espace où l'on raconte une histoire, où l'on transmet une découverte, un savoir, des souvenirs. La chose n'est pas nouvelle. Il suffit d'observer les gravures rupestres dans les grottes et à flanc de collines, les bas-reliefs babyloniens, les idéogrammes chinois sur des tablettes de bois, les hiéroglyphes égyptiens, les vitraux, les tentures, les signes tracés au sommet des montagnes, les graffitis sur les murs des usines désaffectées, les rêves peints sur les écorces par les aborigènes. Le mot livre ne désigne-t-il pas originellement la pellicule entre le bois et l'écorce extérieure sur laquelle on écrivait avant la découverte du papyrus, du latin "liber", comme l'indique le Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey ?
     
    Alain Rey dont on vient d'apprendre la disparition. Je salue ce grand Monsieur, que je côtoie d'une certaine façon depuis de nombreuses années. Je plonge dans ses dictionnaires comme un enfant à la recherche d'une étincelle, d'une trouvaille. Je ne suis jamais déçu.
    pas à pas viennent les mots leurs enchaînements 
    leurs  enchevêtrements leurs inventions en même 
    temps que leur destruction 
     
    glisser dans les anfractuosités ah piocher dans
    l'effacement trouver le fil qui ne rompra pas
     
    chaque mot possède un silence
    l'écouter (2)
    André Cohen-Aknin
     
    (1) Inédit. André.
    (2) Extrait de Le sourire de l'absente, André Cohen-Aknin. Editions L'Atelier du Hanneton, 2012.
     
    Lettre d'un colporteur-liseur N° 24

  • Chemins croisés

    Chemins croisés 17 mars.jpg
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Geneviève Briot, auteure 
    André Cohen Aknin, auteur
    Laurence Frey, pianiste
    Franck Giraud, Clarinettiste
     
    Deux auteurs de la Drôme des Collines et deux musiciens donnent un récital de "poésie musique".
    Geneviève et André vivent ensemble à Geyssans, ils écrivent du théâtre, de la poésie, des romans. Lui est un gars du sud, elle est une fille du nord. Elle aime le café italien, il préfère le café américain. Au bureau, il met son bonnet d’écriture, elle met ses chaussettes "littérature". Ils parlent des poètes qui sont à la source de leur écriture, ils vous invitent dans leurs univers traversés par des éclats de musiques et de voix.   
    Laurence et Franck, dans leurs jeux de langage et de musique, leurs glissements de son et de sens, tricotent avec facétie les matériaux sonores. 
     
    Salle des fêtes de Geyssans, 17 mars 2018 à 20h
     
    Chemins croisés 2.jpg

  • Quand 1 + 1 font 4 et peut-être plus

     1+1=4,atelier du hanneton,andré cohen aknin,bibliothèque de charpey,26300,le sourire de l'absente,typographie

    Un auteur et un typographe. Le premier est à un pupitre, le second, en blouse, à une machine à imprimer.

    L'un met en bouche des textes de l'Atelier du Hanneton, joue avec les sonorités. L'autre préconise de couvrir le ventre des vaches avec des lettres pour imprimer les prairies, de laisser les enfants jongler avec des caractères comme on le fait avec des osselets, d'apprendre aux arbres et aux chiens à parler le tozoubohu.

    Puis ils parlent de poésie, d'écriture, d'impression. Ils évoquent la fabrication des livres à l'atelier dans la fumée du poêle, les séances de remue-méninges dans l'arôme d'un thé aux épices. Il est question de la place du texte sur la page, de la qualité du papier, de la résonance et des silences qui environnent les mots. Quand ils abordent le recueil "Le sourire de l'absente", on entend un extrait du texte, ses couleurs, sa sonorité et le chant qui l'accompagne.

    L'un s'imprègne de l'univers de l'autre, si bien qu'ils découvrent et nous livrent d'autres facettes de leur personnalité. 

    André Cohen Aknin et Stéphane Landois présenteront leur rencontre insolite à la bibliothèque de Charpey (26300) le 4 octobre à 15h

    Avec le soutien de la Médiathèque départementale de la Drôme.   04 75 78 41 90

  • Lectures publiques - 1er trimestre 2O14

    - 15 janvier - Villa Boréa, Romans - "DES CERISES EN HIVER" par Geneviève et André (privé)

    - 23 janvier - Médiathèque Simone de Beauvoir - Romans, 18h30 -  "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    - 25 janvier - Bibliothèque de la Motte de Galaure, 17h - "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    - 5 février – Romans Accueil, 14h - "VIVRE ENSEMBLE" par Geneviève et André (adhérents)

    - 9 février – Festipage à Miribel, lecture par Geneviève "DES CERISES EN HIVER" selon "roue du hasard" (entrée libre)

    14 mars chez Agnès et Michel Guillemoto-Pesenti - Valence, 20h30 - par André  "LE SOURIRE DE L'ABSENTE". Nombre de places limitées. Veuillez réserver votre soirée au 04 75 43 58 95  agnès.guillemoto@hotmail.fr

     - 22 mars – Théâtre de la Courte Echelle – Romans -  Lecture Poésie. A confirmer

     - 29 mars - Médiathèque La Passerelle – Bourg les Valence – 15h "LE SOURIRE DE L'ABSENTE" par André (entrée libre)

    *

    Geneviève et André présenteront leurs livres :

    - 25 janvier à la Bibliothèque de la Motte de Galaure (après-midi)

    9 février à Festipage 2014 – Salle Intercommunale de la Haute Herbasse – Miribel – 10h/18h

  • au Baz'Art à Hauterives


    Unknown.jpegAndré donnera une lecture récital "le sourire de l'absente" demain jeudi 4 juillet à 20h au Baz'Art des mots à Hauterives (Drôme) dans le cadre d'un événement : "Prendre le taureau par les cornes", exposition et lecture.

    Les artistes peintres et sculpteurs présents sont : Philippe Louisgrand, Fernand Greco, Guillermo Memo Labastida, Alexandra Arod et des pièces de Di Rosa, Vialat…

    Programme : 19h : ouverture - 19h15 : inauguration - 20h : lecture récital "le sourire de l'absente", puis  discussion avec les artistes au cours d'un apéritif.

    Le Baz'Art des mots

    Librairie, espace art et bar à thé
    19 grande rue
    26390 Hauterives
    tel : 04 75 68 95 40
    Plus d'infos sur le site : lebazartdesmots.over-blog.com


  • Paroles de lumière

    "Décidément

    La lumière

    La voici qui vient

    Inaugurer encore une fois

    Le sentier"     Guillevic 

    Avec Anne Juge, nous lirons le dimanche 2 juin à l'église St Étienne de Bathernay à 17h, en résonance avec l'installation picturale de Danielle Issanjou .

    Nos voix alterneront dans des textes scientifiques et poétiques, d'hier et de maintenant, d'ici et d'ailleurs, pour approcher la lumière, cette chose vitale qui nous environne et qui demeure insaisissable.

    "La lumière est aux peintres ce que le chant des mots est au poète, la mélodie du silence aux musiciens : la source et l'horizon de leur désir, le foyer de l'amour qui les lancine et les met perpétuellement en chemin, en tension, en appel." Sylvie Germain

    Cette lecture se donne lors du Festival "L'art et la matière" qui a lieu dans des églises et chapelles de la Drôme des Collines  du 1er au 16 juin 2013. 

    *

    André présentera sa lecture-récital de "le sourire de l'absente" le vendredi 7 juin dans la chapelle St Roch à Crépol à 19h30

    Geneviève et André

  • Week-end Poésie à Romans

    Samedi 30 mars à 20h30, Théâtre Jean Vilar à Romans.

    André donnera des extraits de "le sourire de l'absente" en contrepoint  de "Swingalam", chansons jazzy du groupe : Claudine Serme, Thomas Boulanger et Jacques Serme, dans le cadre de Week-end en poésie, organisé par "La Courte Echelle". Egalement, en première partie du programme, "L'émailleur de mots", texte de Denis Donger et jeu d'Alin Curtet.

    Renseignement La courte Echelle : 04 75 02 20 76 - Tarif 10 €

    Unknown.jpeg

  • Lecture chez vous

    ta voix s'est faite caillou au fond de ma poche je l'écoute les soirs de solitude (le sourire de l'absente) 


    L'Association Bleu 31 propose :

    • Lecture  d'extraits du roman "Des cerises en hiver" par Geneviève suivie d'une causerie sur les thèmes de la transmission, un chemin de femmes, le lien entre réel et imaginé

    • Lecture-récital  tirée de "le sourire de l'absente" par André, suivie d'une causerie

    • Lectures croisées des 2 ouvrages par André et Geneviève : voyages dans l'espace, l'art et le temps…

    dans les bibliothèques, les associations, dans votre salon où vous avez réuni quelques amis…

  • Bernard Vandewiele vous invite

    Ce vendredi 7 décembre 2012
    Bernard Vandewiele vous invite à rencontrer

    André Cohen Aknin et Geneviève Briot

    Il est du Sud (le vrai, l’africain), elle est d’où en allant vers l’Est on perd le Nord (raisonnablement, du bon côté de la frontière).
    Dans leurs derniers ouvrages,
    Des cerises en hiver pour l’une,
    le Sourire de l’absente pour l’autre,
    les racines “leur chatouillent la plante des pieds”, comme ils disent.

    Ils se proposent au cours de cette rencontre d’interroger le lien entre absence et création.
    En somme une émission spéciale “Des racines et des ailes”

    J’aurai, nous aurons à cœur, de déranger leurs chatouillis:
    Qu’est-ce que c’est qu’un couple d’écriveurs-vants-vains ?
    Comment vit-on ensemble dans des exils différents ?
    Est-ce que l’écriture aide à ce métissage ?
    Etc…

    Ils pourront, vous pourrez, nous pourrons,
    poursuivre la soirée en lisant ensemble quelques textes -
    les leurs ou d’autres - les vôtres pourquoi pas -
    autour de boissons dont votre hôte (bibi) s’occupera,
    et nous pourrons poursuivre la soirée autour de quelques denrées fines que vous aurez amenées.

    Au plaisir de vous rencontrer ce vendredi 7 décembre à 18 h 30
    à l’ÉCURIE DE LA DAME QUI PÂME AU FOND DE L’IMPASSE,
    c’est-à-dire au fin fond à gauche dans l’impasse Pâme,
    en prenant l’escalier entre le 22 et le 24 rue Pêcherie, à Romans.