Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Exposition - Page 2

  • le sourire de l'absente

     

    P1120282.JPGle sourire de l’absente est une recherche de création entre l’écriture texte, chorégraphie, musique et la scène.

    Sur un texte d'André Cohen Aknin avec pour thème l'exil, le voyage, le masculin et le féminin, un spectacle est en préparation. Il est actuellement en répétition aux Nouvelles Planches à Romans.

    Le texte chante les pays du Sud, mais aussi les pays du Nord, la marche qui éveille les mots, la rencontre avec la peinture qui fait éclore une nouvelle musicalité.

     

    P1120257.JPG           

     

    La danse a son langage, crée son propre univers. Elle s’unit à la parole pour en jouer, s’en éloigner, la rejoindre à nouveau.

    Un homme, une femme, unis par un fil parfois invisible. Il est assoiffé d'inconnu tout en portant la terre de ses ancêtres à ses souliers. Elle porte les chants des femmes et cherche sa propre liberté.

     

     

    Extraits :

    au féminin changement de tonalité l’écriture devient fugue et les voyelles se transforment en signes se mêlent au rythme des tambours au tempo de prendre le pas sur la ponctuation il n’y a pas de majuscule en musique suite de hautbois violoncelle clap clap au micro on parlera longtemps du noir à cause du chant je ne parle pas d’harmonie juste du bourdonnement de la forêt des os

    je suis d’un pays où l’on parle au son du violon et de la derbouka l’écriture redevient voix sans frontières

    résonne par moments le pilon de ma grand-mère cuisinière couleur cuivre l'onde de son timbre court sous mes pas

    Deux modes de spectacle sont envisagés : une petite forme réservée aux petits espaces, en milieu scolaire, en centres de formation, de rééducation, d’hospitalisation, en appartement… Une grande forme, pour les grands espaces, les théâtres…

    Le recueil le sourire de l’absente sera édité par l’Atelier du Hanneton selon la fabrication artisanale qui est celle de Stéphane Landois, l’éditeur imprimeur. Une exposition sera construite avec lui.

    Création prévue à l'automne 2012 avec le soutien de la ville de Romans : Résidence de création au Théâtre de la Presle en septembre 2012. Elle pourra être suivie par des lycéens. 

    le sourire de l’absente

    Spectacle texte et danse avec André Cohen Aknin, auteur, comédien 

    et Yvonne Collino, danseuse, chorégraphe

    Mise en jeu et en espace collective avec Geneviève Briot

    Coréalisation Association Bleu 31  &  Compagnie Le Fil  à la Patte

     

  • A petites touches

    Nous avons descendu les jours vers le sombre de la terre et voilà que jour après jour des minutes de lumière nous sont redonnées. Chaque vie va vers sa disparition et donne goutte à goutte, parole après parole, regard après regard, une connaissance, une expérience. Chaque vie prolonge un chemin venu d’autres vies, d’autres époques les plus lointaines. Et pour chacun de nous il y a des temps de l’ombre et les temps de lumière.

     Quand la mémoire du Carnaval de leur enfance resurgit, écrit Cyril Lehembre, journaliste dans le n° de Drôme hebdo du 9 décembre 2010 à propos du travail de mémoire réalisé par André auprès de personnes âgées de l’EHPAD des hôpitaux Drôme Nord et St Vallier (Établissement d’hébergement pour personne âgées dépendantes) en coordination avec les responsables. Voici quelques extraits de son article : 

    P1090184_2.JPG
    «  Il est allé au plus profond de l’humain. Il leur a parlé, il les a surtout écoutés et s’est souvent émerveillé de ce qu’il a entendu, vu ou vécu.… Bon nombre, dans leur jeunesse, bien que vivant à Romans, cité du Carnaval, était peu préoccupé de loisirs. Le travail avant tout…

    J’ai rencontré beaucoup de gens bien, se réjouit André Cohen Aknin. Des dizaines de résidents ont été touchés. Personnellement, je crois à l’écriture orale, mais parfois les propos dépassent la plume, j’ai écrit ce qu’ils disaient, un peu avec mes mots, comme une musique, un peu la musique des mots.

    L’écrivain romanais s’est totalement immergé dans l’EHPAD de Romans. De l’expérience est née une plaquette : Le carnaval de votre enfance ? Il a décidé de leur faire confiance et par petites touches, de les questionner sur certains souvenirs.

    Peu à peu les souvenirs se sont égrenés.

    On a organisé une exposition et une lecture, des gens de l’extérieur sont venus. L’idée, c’est de décloisonner les hôpitaux.

    Grâce à cette initiative, une partie du chemin a pu être accomplie. »

  • Les sculptures de Franck Girard

    Franck Girard exposait ses sculptures à la Collégiale St Barnard à Romans pendant les journées du patrimoine.

    Ses sculptures représentent l’humanité en marche avec ses joies et ses failles. Matière humaine issue de la terre, modelée par l’artiste où nous apparaissons si semblables et pourtant dans une grande solitude. Jaillissement du chaos qui devient vie animée par l’esprit.

    P1090204.JPG

    "il fait jour terriblement"

    D’où vient l’émotion que suscitent ses sculptures ? Peut-être de cette projection de gens qui défilent sous nos yeux et dont nous nous sentons complètement solidaires. Dans un mouvement ininterrompu, elles nous mènent de l’aube de l’humanité à travers ses légendes et ses scènes quotidiennes jusqu’au destin de chacun. Particulièrement dans cette procession de 160 personnages sur 7 mètres de long, intitulée «Histoire entre deux pierres». Une autre dimension apparaît où les êtres d’hier sont aussi présents que ceux d’aujourd’hui. Nous sommes hors du temps et pourtant chacun se sent prisonnier d’un temps inexorable.   

    P1090216.JPG

     

    Les titres des œuvres poussent nos émotions vers des horizons plus larges. On entend la marche des hommes avec ce «raclement des pieds sur la route».

    Aurions-nous un mur à traverser pour passer de l’ombre à la lumière, pour aller sur l’autre rive du fleuve ? Invitation à aller vers ailleurs, vers quel mystère ?

    P1090200.JPG

    "L’autre rive du fleuve"

  • Musée des Arts Premiers

    Le Musée des Arts premiers Quai Branly à Paris est vraiment passionnant. Une rencontre avec d'autres civilisations et une découverte de nos propres racines.

    Nous entrons dans un bâtiment conçu par l'architecte Jean Nouvel. Du hall d'accueil, nous suivons une rampe d'accès un peu sombre pour arriver au Plateau des collections. Des murs couleur sable rappellent les enceintes des cités antiques. Le chemin nous mène aux domaines de l'Afrique et de l'Océanie que nous choisissons d'explorer en premier.

    P1060335.JPG

    Dans une vitrine, un masque royal d'éléphant ouvre la voie aux visions d'une humanité pénétrée de traditions, une humanité reliée au  monde animal et au cosmos. Les statuettes d'Afrique noire avec leurs vertus protectrices invitent à un monde où réalisme et imaginaire se mêlent. Les clous plantés dans les figurines, pour stimuler leur effet magique, guident notre pensée vers ces hommes qui ne sont pas si loin de nous. Il s'agit de penser mais aussi et surtout de ressentir. Ces ancêtres tentaient de conjurer le mauvais sort, de s'attirer du bien-être, de se protéger.  Nous pénétrons leurs questionnements, leurs joies et leurs souffrances.  Au cours de notre déambulation dans le musée, nous entrons dans une caverne aménagée dans le décor. L'effet est saisissant. Nous sommes en présence d'une séance filmée de divination en Côte d'Ivoire.

    P1060406.JPG

    Il y a encore plus d'étrangeté à se trouver face aux créations des Aborigènes d'Australie. Les lignes tracées, les points posés minutieusement décrivent un chemin où il est tentant de se perdre. On pressent que les tableaux intitulés « esprit de sirène d'eau douce », « rêve de Tjunginpa », « désert central », « serpent arc-en-ciel »... expriment un univers pour nous mystérieux. Pourtant la matière colorée, les formes dessinées sont sources d'émotion. Un petit film sur un artiste aborigène montre comment il détache l'écorce d'un arbre, brûle l'extérieur pour en faire son support de création. Il peint dans l'esprit d'une cérémonie traditionnelle et dit : « Nous ne peignons pas le corps mais son pouvoir ».

    P1060451.JPG

    Sur le chemin du retour nous passons devant l'exposition consacrée aux îles du Pacifique Sud et nous sommes subjugués par de hautes sculptures / tambours  de plus de deux mètres creusées dans la masse de troncs. Elles proviennent de l'île de Malekula. Ici se mêlent l'humain et le végétal. Nous touchons à l'esprit de la terre. 

  • Les enfants ont des soucis

    P1050521.JPGAprès la rencontre avec mes jeunes lecteurs (6e du Collège Étienne Lapassat à Romans) lors du Salon du Livre Jeunesse de Châtillon St Jean, un thème d'écriture leur a été proposé à partir du roman « Najib l’enfant de la nuit ». Les enfants pouvaient écrire en leur propre nom à l’un des héros du livre pour parler de leur souci ou se substituer à l’un des personnages. Il est remarquable qu’ils ont souvent intégré les éléments de l’histoire pour la continuer  par une lettre de Najib à Pilou, ou de Pilou à Najib, les deux amis au centre de l’intrigue, tout en y introduisant leur propre souci. Parfois, ils allaient chercher inspiration chez les personnages secondaires, Simon, Meriem ou même Juliette à peine entrevue dans le roman. L’un d’eux a même imaginé qu’il avait vu Najib sur la place du village alors qu’il s’y était arrêté lors d’une randonnée à vélo. Ils ont montré une connaissance du livre qui m’a impressionnée et je pense que l‘approche pédagogique de leur professeur y est pour beaucoup. Le projet d'écriture portait aussi sur le brouillon, son évolution jusqu'au texte définitif.

    Leurs soucis ? Divorce des parents, solitude, moquerie, difficultés à l’école, racisme, mésentente avec les parents, décès d’un proche, problème de drogue pour un membre de la famille, disputes avec des copains.

    Extraits de lettres : « Maintenant, je vais te parler de mon problème : j’aime quelqu’un qui ne m’aime pas »

     « Chère Meriem, Je suis triste, tu me manques énormément, c’était super de jouer Slimane avec toi qui étais la princesse. À l’école, je n’ai pas tellement d’amis. Ils me rejettent, disent que je suis idiot parce que je suis nul à l’école ! Mes seuls amis, c’est vous »

    « Cher Simon, …Meriem m’a dit qu’on peut te confier tous les secrets, donc j’ai décidé de te parler du mien. Je voulais te parler d’un petit souci : mes parents sont en plein divorce, moi je suis au milieu de tout ça. On ne peut plus manger ensemble, chacun est de son côté. Et aussi, maman va déménager, je vais partir avec elle, partir loin d’ici. Je vais perdre touts mes amis et tous les week-ends, je devrai aller chez mon papa. Je devrai changer d’école… et je ne peux rien dire, je ne peux que supporter les cris de mes parents. J’ai peur et j’ai besoin de toi et de ton soutien. »

    Les lettres sont actuellement exposées à la Médiathèque de La Monnaie à Romans. Les  bibliothécaires, Patricia, Isa et  Lila sont à l’origine du projet avec Rachel Mandon, documentaliste dynamique et attentive et leur professeur Jacquie Grimaldi. L’engagement des élèves vient aussi de l’implication des adultes autour d’eux qui ont créé un climat de confiance. La présence chaleureuse de Jean René Perchet Principal du Collège lors de l’exposition des lettres à la Médiathèque a aussi valorisé le travail de tous. 

     

     

  • Échos à "31 minutes"

    Échos
    En écho à l'exposition "31 minutes", les participants à l'atelier d'écriture de Marie-Paule Richard ont livré leurs impressions.  Que les auteurs nous pardonnent de ne citer que quelques extraits.

    "Regard perdu. Corps endolori. Lisière de la forêt des songes.
    Bruit insolent des tambours, reflet lyrique dans le miroir. On ne vit pas la musique, on communie avec elle, comme l'oiseau se fond dans le ciel." Rémy

    "Une vie, un voyage sur terre. Passant par les forêts de bambou, rien n'empêchera les obstacles qui guettent les pas. Ils sont là au milieu des tiges de bambous…
    Oui hier, quand j'étais petite fille, j'ai essayé de diriger le miroir vers le ciel pour voir l'image des anges, mais le ciel me semblait trop loin. Sur mon miroir est tombé un caca d'oiseau. … J'ai retourné le miroir vers la terre."    Esi Chantal

    "Va, cours, … le visage, les pensées et les cheveux aux quatre points cardinaux, tu cherches ta route. … ta vie bouillonne, ta vie brouillonne comme un pied de nez à la mort" Marina

    "Nous, traçons !
    Les pieds dans les voyelles englués.
    Les cheveux emmêlés dans les consonnes.
    Les dents dans les fruits.
    Défendons-nous !
    Donne envol à mes envies
    Donne vie à ma colère,
    Mes mains liées à ta liberté,
    Face au miroir bleu." Arnaud

    "Tracer les pas pour ceux qui viendront après, plus tard, avec leur musique, avec leur silence, avec leurs mots, avec leur chant, pour que jamais ne soit rompu le lien des hommes, le lien de la terre au ciel, le lien de l'amour." Sylvie

    "Pas à pas, mot à mot, Petit Poucet perdu dans une opaque forêt de bambous épaisse comme une encyclopédie. Tes mots, des petits cailloux blancs qui pleuvent en orage, crépitent, bouillonnent, … tels la vie insolente – souffle du vent qu'on ne peut retenir. " Mélanie

    "Forêt, bambou, rizière, touffeur, moiteur, défiance.
    Des parfums d'enfance indochinoise qui ne parlent pas de liberté, mais de silence et d'immobilité. … L'enfance et la jeunesse, comme des pages de brouillon sur lesquelles on peut s'exercer, avant de tracer avec application et le moins de repentir possible, la calligraphie qui composera notre livre de l'âge adulte, puis celui de la maturité." Évelyne

    "L'homme se tient debout face à l'immensité de la forêt de bambous et se demande le chemin à prendre. … Il sait que la beauté de la vie naît de son imperfection." Florence


     Et Marie-Paule elle-même nous dit : "les tiges de bambou murmurent une histoire d'ailleurs, de pays lointains et de terres vierges, un moi inconnu, inexploré."

  • La danse des haï-kus

    À la suite de l'exposition "31 minutes"
    La danse des haï-kus


    Le 19 juin 2007 aux Nouvelles Planches, les enfants de CE1 de l'école La Martinette à Romans sous la conduite de leur professeur Sylvie Lerminiaux ont présenté leurs créations, fruit d'un cheminement après la visite de l'exposition "31 minutes".
    Ils ont écrit des haï-kus, inventé des signes pour traduire leurs mots et leurs phrases. Ces calligraphies, ils les ont dessinées avec les calames qu'André leur avait taillés. Depuis janvier, ils ont travaillé avec Yvonne Collino pour exprimer par la danse leurs mots et leurs phrases. Une danse créative pleine de sensibilité et d'harmonie où chaque enfant était en lui-même et relié aux autres. Nul doute que cette recherche aura éveillé leur sens artistique et leur aura donné une aisance pour leur expression personnelle, une capacité d'écoute aussi. À nous, ils ont apporté un grand plaisir de spectateur. Notre plaisir est aussi d'avoir vu ainsi prolongée notre propre recherche. Ils ont pris le relais pour vivre leur propre aventure. Bravo et merci à Sylvie.
    Voici quelques-uns des haï-kus :

    "On commence par un trou tout rond
    Dans les fontaines dans les bassins
    Il ressemble à un visage dans un tableau"
    Éli

    "Les nuages tachent le ciel
    Le soleil les attrape
    Et les mord avec les dents"
    Marine

    "La nuit j'ai vu un désespoir
    Le nuage était en forme de guerre
    Un serpent est entré dans un drôle de labyrinthe"
    Nabil

  • Exposition 31 minutes

     medium_affiche_31_.jpg

    MÉDIATHÈQUE Simone de Beauvoir - 26100 ROMANS
    du 4 au 31 mai 2007

    "entendre le son et l'écho qui rebondit
    tirer un fil de l’écheveau
    fil de l'écriture et du signe
    creuser le silence libérer la parole"


    31 minutes est un itinéraire entre l'image et le trait, l'écriture et la voix. Polyphonie du regard et des sens. Un univers où la présence du bambou donne ancrage et légèreté. Un moment où le visiteur pourra se laisser atteindre par des mots des images selon ses envies son histoire. À chacun d'inventer son chemin.

    Geneviève Briot, auteure
    André Cohen Aknin, auteur
    Juan Antonio Martinez, metteur en scène
    Cathline, auteur compositeur interprète
    Bernadette Revoux, plasticienne

    • Vernissage le vendredi 4 mai - 18h

    • Vendredi 4 mai 18h - Lecture chant "31 minutes" - Collectif 31
    Musique de bambous, chants, textes donnés comme des musiques. On entend les voix de Geneviève, Juan, André ; celle de Cathline, venue de la terre, nous éclaire.

    • Jeudi 10 mai 18h - La lèvre du vent, roman d'André Cohen Aknin - Lecture
    L'histoire d'enfants dans la guerre fin des années 50 à Oran. Leur joie de vivre, la montée des événements, les interrogations des juifs d'Algérie. Les voix des différents acteurs se croisent dans un style vif et coloré. L'historien Benjamin Stora parle "d'un ouvrage passionnant de sensibilité et d'érudition."

    • Samedi 12 mai 15h - Najib l'enfant de la nuit de Geneviève Briot - Lecture
    Najib, le petit Kabyle, dont la famille a été anéantie lors de l'attaque de son village par des groupes armés, est accueilli dans un centre de vacances en France. Le monde de l'enfance avec son mal être, son imaginaire, sa soif de découverte dans une écriture sobre et alerte.

    Jeudi 24 mai 18h - Ecriture en huit - Lecture par André Cohen Aknin et Geneviève Briot
    Une lecture qui accorde l'écriture et la voix. Les mots d'André, vigoureux et sonores, font face à ceux de Geneviève qui puisent au fond de la page un éclat fugitif. Leurs mots se tressent, se regardent, rebondissent. Une écriture en mouvement dans un geste d'artisan, symbole d'infini.

    • Les 5, 11, 19, 26 mai (après-midi) - Bernadette Revoux, plasticienne
    Sous le pinceau l’encre devient tache puis se métamorphose en tissu déchiré, reprise, raccommodage, ou grillage. Elle peut se faire impact, soudure… Derrière l’objectif, l’œil cherche le détail sur lequel le regard ne s’arrête généralement pas. Pour être ensuite transformé, en quête de trace, d’empreinte…

    • Le mardi 29 mai de 16 à 18h - l'Association À fleur de mots
    . Présentation par Bernard Finot et Cathline Oriol. Ses projets, ses actions, ses horizons... Ils seront là pour répondre à toutes vos questions.