Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie gallimard

  • Un manteau pendu à une ficelle

    De retour du travail, j'aimais m'asseoir près du vieux monsieur qui habitait en face de chez moi. Un ancien mineur qui tirait sa chaise sur le pas de sa porte sur le coup de dix-huit heures et mangeait sa soupe et, quand il le pouvait, des chicons. Il aimait ça les endives ; il me racontait comment sa mère les préparait avec des lardons, la marmite de fonte sur la cuisinière à charbon. Son charbon ! Trente ans de coron avant de se retrouver sur cette place du Pont Delsaux à Valenciennes, appelé anciennement Le pont du saule. Il y avait là une rivière qui autrefois coulait à l’air libre, du temps de Louis XIV, me disait le vieux. Par la suite, elle a coulé sous du macadam, si bien que par grosse pluie, l’eau remontait dans les maisons. Alors, le vieux monsieur pendait son manteau à un fil qui descendait du plafond. Ça ne le changeait pas de la mine, là-bas, c'était ainsi qu'il faisait.

    On l’appelait Albert.

    Moi, à côté de lui, je susurrais des mots venus de la mer. De la mer du Nord et d'ailleurs. Je transformais la sueur de ma journée à l'atelier en embruns d'une mer amoureuse. Je respirais l'air du large et non pas la poussière et les copeaux de bois qui finissaient par me faire tousser. À cette époque, il n'y avait pas d'aspirateur sur les machines ; à la raboteuse, ça giclait tant et plus.

    On m'a dit que des pêcheurs accrochaient eux aussi leurs cirés au plafond. Un jour, chez moi, j’ai suspendu mon bleu de travail. Mais c’était curieux, on aurait dit une chimère collée au plafond. Je l'ai descendu aussi sec. On n'invente pas le présent sans l'avoir vécu. Je n'ai jamais été mineur, ni pêcheur, juste menuisier.

    Je porte un bleu de travail

    même pour lire

    même pour écrire 

    même pour sortir.

    Avec Albert, on parlait surtout métier. Je racontais le métro, les rames bondées, le coup de gnôle au café avant d’attaquer le boulot, l’atelier dans le quartier Saint-Denis, les bois dans la cour. C’était un temps où je lisais le soir, mais je n'en disais rien. Lui, il racontait comment, au fond de la mine, il boisait les tunnels, les boyaux qu'il disait, avec du bois de fer. Un travail de tous les diables ! Il racontait les bruits des chariots dans le fond, le silence des hommes dans le monte-charge, les gueules noires. 

    Notre conversation se renouvelait : quelqu'un faisait ceci, quelqu'un faisait cela. Et quand l'un de nous se répétait, l'autre feignait de découvrir.

    Yves Buin, poète du petit jour, du crépuscule, nous invite à rencontrer Quelqu’un.

     

    C'était au temps des guitares approximatives,

    du dandysme marginal, 

    du rêve bleu.

    C'était le temps des samedis,

    des matins,

    de la rue de l'Ouest,

    Quelqu'un cherchait sa vie dans les cafés.

    Timide,

    la réserve haletante,

    l'illumination dissimulée,

    fou intérieur,

    dans l'amour de la poésie,

    gaspillé,

    éperdu.

     

    Quelqu'un voulait l'aristocratie

    et la pauvreté,

    l'alcool nocturne de la rue d'Odessa

    et la pureté d'un exil de montagne,

    la sonate subtile,

    et la chanson du métro,

    la page glacée de la revue de luxe

    et les mots jetés à la hâte sur le papier d'occasion,

    la porte océane

    et les pas perdus,

    connaître l'au delà des réalités visibles

    et se promener parmi les artistes féconds,

    les écrivains

    les infréquentables.

     

    Quelqu'un était l'écho de musiques nègres,

    des rejetons barbares de la nuit occidentale,

    sensuels,

    graveleux,

    diamantifères.

    Des noms couraient sur les lèvres

    comme les messagers fidèles

    des inoubliables mélodies,

    des petits miracles,

    à la cour ésotérique du roi Dionysos.

     

    Quelqu'un était sur le bord des incertains,

    dans l'espace inédit,

    les émotions,

    les impuissances,

    les échecs,

    les répétitions,

    choisissant les masques,

    les naïvetés,

    les apparences,

    pour échapper.

     

    Quelqu'un s'occupait des grandes choses de l'esprit.

    Quelqu'un attendait les révélations de l'être

    et regardait du côté des initiés,

    des vieilles âmes,

    des regards d'Orient,

    de ceux qui ne peuvent pas dire.

     

    Quelqu'un ouvrait la porte des silences méditatifs,

    et racontait la caresse trompeuse de l'exotisme,

    les faiseurs embusqués de l'Ultime,

    Car la vérité n'est pas chose simple

    et la poésie petite affaire.

    Trop s'en soucier égare.

     

    Quelqu'un demandait son chemin. (1)

     

    André Cohen-Aknin

    (1) Quelqu’un - Quelqu’un demandait son chemin de Yves Buin. Orphée Studio, Poésie d'aujourd'hui à haute voix. Présentation et choix d'André Velter. Poésie / Gallimard.

    Lettre d'un colporteur-liseur N° 21

  • 26 points à préciser

    Je compte chaque jour : 1 sortie pour me dégourdir les jambes à 1 km de chez moi, que j'additionne à 1 série d'exercices dans mon lit, à 1 douche (le rasage n'est pas régulier), à 1 heure de lecture quotidienne, à l'achat d'1 baguette, à 1 temps d'écriture (que je ne chronomètre pas), à 3 repas, à 1 vaisselle sur 2, à 1 poubelle à descendre... Je n'arrive à compter jusqu'à 26, comme le fait Benjamin Péret dans son texte "26 points à préciser" (1).

    Ce texte est pour moi le souvenir d’une aventure ratée. Je devais le donner en compagnie d’une flûtiste, mais, hélas, cela n’a pas pu se faire. Il se fonde sur une équation à première vue loufoque, mais à y voir de plus près... 

    Cette équation m'a toujours intrigué. La dire à voix haute est, selon les spécialistes, une gymnastique proche du souffle d'un rhinocéros amoureux. 

     

    Ma vie finira par a

    Je suis b - a

    Je demande c b - a

    Je pèse les jours de fête d sur c b - a

    Mes prévisions d'avenir d e sur c b - a

     

    L’équation grandit à chaque bout de phrase. Son corps s’orne de dentelle du fait des lettres en puissance et des parenthèses en veux-tu en voilà. Elle enfle dans la partie basse, se rétracte à la manière d’un chewing-gum, oscille du côté gauche, prend la tangente avec l’idée d’un suicide heureux, sourit à l’absence de virgule et, pour finir, grossit à la manière de deux pectoraux bien durs (je n’emploie pas le mot “sein”, de crainte de me faire accuser de sexisme). 

     

    Mon suicide heureux

    Ma volonté

    Ma force physique

    Mes instincts sanguinaires 

    Les cartes ont mis dans ma poche

    Elles ont retiré

    Il reste

    Avec mon nez je sens

    Avec ma langue je dis

    Avec ma bouche je mange

    Avec mes yeux je vois

    Avec mes oreilles j'entends

    Avec mes mains je gifle 

    Avec mes pieds j'écrase

    Avec mon sexe je fais l'amour

    La longueur de mes cheveux

    Mon travail du matin

    Mon travail de l'après-midi

    Mon sommeil

    Ma fortune

    Ma date de naissance (1)

     

    Benjamin Péret a écrit son équation en chiffres. Ce qui donne en lettres :

    m sur n multiplie par - parenthèse - gième racine de d e sur parenthèse c b moins a, fermer la parenthèse, fois f, plus h moins i, fermer la première parenthèse le tout à la puissance j, plus k fois l plus o, le tout divisé par tième racine de parenthèse p fois q plus r fermer parenthèse fois s. A cette entité, on soustrait uv puis w. Alors on élève ce calcul à la puissance x.

    Enfin, il suffit d'ôter y sur z, et hop, voila mon année de naissance.

    J'ai répété l'équation dans mon lit, comme on compte les moutons. Je me suis réveillé à 3h07 exactement, parce que d'autres chiffres me trottaient dans la tête, ceux des contaminés, des hospitalisés, des décès et le nombre de masques dérobés par de petits futés mal intentionnés. Un moment, j'ai pensé placer ces chiffres dans l'équation de Péret. Ça m'a foutu le bourdon. Faut pas écouter les infos avant d'aller se coucher.

    (1) Benjamin Péret, Le grand jeu, Collection Poésie / Gallimard.

    André Cohen Aknin (AAKC)

    Lettre d’un colporteur liseur N° 10

    Je remercie Hugh pour son aide à la lecture de l’équation. Il est professeur de physique et sillonne les déserts australiens à la recherche d'une petite équation couleur bleu nuit, survivante de temps immémoriaux, qui nous fait dire que le rêve n'est pas rompu.

    Il vous propose de lire l’équation à votre tour. Adressez-moi vos tentatives. Je les lui transmettrai.  

    inconnu.jpg