Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature

  • André Cohen Aknin

    Dans mon pays, dit-il, on parle au son du violon et de la derbouka.

    Enfant en Algérie, il passe son adolescence à Paris, puis il voyage, exerce différents métiers, avant de s’installer dans la Drôme en 1983. Depuis, il chemine avec des musiciens, enseigne la communication, forme à la lecture à voix haute des enseignants, des bibliothécaires, des élèves. Il met également en scène des événements.

    L’écriture d’une pièce de théâtre Les gens d'ici lui ouvre la scène.

    En voyage d'écriture au Maroc, il est frappé par la lumière d’Afrique. L'Algérie resurgit et il la fait revivre dans un roman La lèvre du vent, une histoire d’enfants du quartier juif d'Oran pris dans la guerre. Passionnant de sensibilité et d'érudition, a écrit Benjamin Stora.

    À la recherche de sobriété, il écrit Le sourire de l'absente, un récit poétique, le présente en lecture-récital, fidèle aux mots de Léopold Sedar Senghor : le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps.

    Un lit dans l’océan, roman, 2021. La rencontre avec une vieille dame juive d’Algérie atteinte de la maladie d’Alzheimer. Son fils essaie de la rejoindre dans son univers fantomatique à travers les souvenirs d’une vie tragique et lumineuse, empreinte de cuisine et de musique arabo andalouse.

    Pour donner sens au présent qui parfois nous pèse et qui, pourtant, porte en lui un germe créateur, il donne des récitals à voix nue ou avec musique depuis 1987 ; il crée des rencontres avec poètes et artistes. Depuis mars 2020, il écrit et diffuse des lettres d'un colporteur-liseur autour de la poésie.

    Pour lui, les mots sont des matériaux visuels et sonores à assembler, à ajuster, à écouter ; il lui faut entendre la musique des phrases pour les poser sur la page. Un rayon de lumière venu de l'enfance en Algérie éclaire ses paysages intérieurs imaginatifs et tourmentés.

     

    Un lit dans l'océan, roman. Editions Parole. Collection Regard d'homme, 2021.

    Le sourire de l’absente, récit poétique. L’Atelier du Hanneton éditeur, 2012.

    La lèvre du vent, roman. L’Harmattan éditeur, 2006.

    Le carnaval de votre enfance. Paroles de résidents, Ehpad de Romans. 2010

    Pièces de théâtre jouées en France et à l’étranger, dont Les gens d’ici, Visages, Molière al-Qabbânî (coauteur Mohamed Machti)...

    Récitals de poésie. Principalement : Salut Blaise, Tous les murs donnent au sud, La poésie d’Afrique du Sud, Le sourire de l’absente.

    Et avec Geneviève Briot : Alain Borne, une poésie d’ombre et de feu, Andrée Chedid, un univers, Des saveurs et des livres, Il pleut des oiseaux bleus, "Chemins croisés…

    Mise en scène d’événements : Mots de passe, Petites cours Jardins et Résonances, Biennales de l’International de Romans dont la première édition a reçu le Prix de l’innovation « Territoria », 2004.

    Il crée et participe à un collectif de créateurs : 31 minutes , un itinéraire entre l’image, le trait, l’écriture et la voix. Exposition, 2006.

    Paroles de silence, encres et poésie. Exposition, 2013. Illustrations encres pour Un caillou qui pense oiseau de Geneviève Briot. L’Autre incertain éditeur, 2017.

    Lettres d’un colporteur-liseur, adressées directement à un réseau de lecteurs et sur son blog, depuis mars 2020.

    Interventions en milieu scolaire et universitaire : lectures, ateliers voix, ateliers d'écriture (IUFM Grenoble, Lycées, collèges, médiathèques, CCI, FOL…)

    Membre de la Maison des Écrivains (MEL) et de la Société des Auteurs (SACD)

     

  • Geneviève Briot

    D'origine lorraine, je vis dans la Drôme que j'aime beaucoup, mais mon pays d'élection est surtout celui de la langue française. Après 25 ans d'enseignement, je me consacre à l'écriture, à des lectures-récitals, en particulier avec André Cohen Aknin.
    En 1983, à Montélimar, j’anime une émission de radio "L’amour brûle le circuit" en hommage au poète Alain Borne. La rencontre avec Paul Vincensini, Guillevic donne racines à ma propre écriture.
    Mon premier recueil de poésie "Basalte" paraît en 1982. Le dernier en 2017 : "Un caillou qui pense oiseau" mesure le chemin parcouru.
    Je garde contact avec la jeunesse avec la publication de "L'ogre aux pieds nus" qui obtient le prix européen Pier Paolo Vergerio en 1988.
    Je découvre l’Algérie et le Sahara en 1985. Fascinée par ce pays, ses habitants, je suis amenée à l'écriture de trois ouvrages. En 2004, l’historien Benjamin Stora m’invite à une table ronde sur France Culture « Bouge dans ta tête ».
    Sollicitée par des Compagnies de Rhône-Alpes, j'écris quatre pièces de théâtre.
    Aller vers les origines pour comprendre qui l'on est donne un roman en 2012 : "Des cerises en hiver". 
    Sur le chemin de Josette Duc, une femme étonnante, en 2020, le récit "D'azur et de feu" m'entraîne vers un domaine inconnu que je ne cesse d'explorer par la poésie.

     

    Bibliographie


     - Basalte, poésie, Éditions Chambelland, 1982
    - Météorites, poésie, Éditions Subervie, 1987
    - L’ogre aux pieds nus, roman Jeunesse, Éditions Chardon bleu. 1988 - Prix Pier Paolo Vergerio 1989 à Padoue (Italie) (Littérature Européenne pour la Jeunesse)
    - Parole de Guadal ! théâtre Jeunesse, Éditions Noirs Trottoirs, 1991
    - Histoire d’éléphant, album Jeunesse illustré par Armand Kaercher, Éditions Grandir 1999
    - L’appel du Sud, roman, Éditions Marsa Paris et Alger 1999. Réédité dans Trois romans algériens au féminin, Éditions Marsa, 2001
    - Un livre à la mer, récits, Éditions Marsa, 2003
    - Najib l'enfant de la nuit, roman, L'Harmattan Jeunesse 2007
    - Des cerises en hiver, roman, L'Harmattan, octobre 2012
    - Un caillou qui pense oiseau, poésie, Encres de André Cohen Aknin, Editions L'Autre incertain, mars 2017
    - D'azur et de feu - Sept visages de Josette Duc, Bleu 31, 2020

  • Jeanne Benameur

    41E6HSEWK2L._AA115_.jpg

    Une auteure dont la sobriété de l'écriture est proprement stupéfiante.

    Dans les romans que nous avons lus avec délectation, Jeanne Benameur met en scène des êtres de silence et de contemplation, dans une langue poétique qui va à l'essentiel. On est touché par une grâce qui détonne avec notre monde où les paroles tourbillonnent, nous empêchent de penser et peut-être de voir.

    Dans Les demeurées les mots font leurs nids dans la tête de Luce. La petite héroïne fait bloc avec sa mère dans un monde de gestes du quotidien. Objets en gros plan. Mots nimbés de silence. Phrases courtes.

    Les blancs sur la page ouvrent des espaces où le lecteur peut s'arrêter, imaginer, toucher, sentir, exulter. Le voile de ma petite grand-mère qui me revient, toute ridée, odorante, ma bouche contre sa joue, le voile au bord, épice musc, odorante livre-t-elle dans Ça t'apprendra à vivre.

    Les mots se font rares, ont une vibration. Jeanne Benameur sait même faire parler leur absence.

    Dans Les mains libres, il n'y a pas eu de mots pour qu'Yvonne devienne Madame Lure. Monsieur Lure a simplement été ému par le mouvement de ses mains, c'est tout. Nous-mêmes n'avons-nous pas été parfois interdits, privés d'expression parce que le tumulte en nous était trop grand ou que nous nous sentions dans une grande vacuité.

    Les mains ont une présence particulière, celles de son père dans Un jour mes princes sont venus : je n'ai pas su quitter la paume de sa main. Je t'en prie souffle souffle sur ta main pour que je sois libre. Trouve ton dernier souffle papa, envole-moi.

    Il y a l'Algérie, une terre qui nous est chère.

    Dans Ça t'apprendra à vivre, elle se souvient de son enfance là-bas, de tout ce que ses parents ne disent pas et de tout ce qu'il ne faut pas dire. Fille d'un Arabe et d'une Européenne, l'enfant demande : Est-ce que nous serons toujours des "à moitié, des demi" Quand serons-nous entiers ?

    En elle :

    le désarroi parce rien ne lui est expliqué de ce voyage vers un ailleurs inhospitalier. Moi aussi j'ai une frontière, elle est dedans. Personne ne la respecte 

    et une détermination : Je me suis fait le serment que je ne m'habituerais jamais à rien.

     Ces romans nous apparaissent comme un désir d'ouverture, de compréhension du monde dans ce qu'elle a de plus secret. Ne dit-elle pas il y a … des jardiniers invisibles qui cultivent les rêves des autres ? Elle nous fait sentir à quel point nous sommes liés les uns aux autres : personne ne meurt vraiment. Jamais.

    Une force étonnante se dégage de cette écriture, quelque chose d'irréductible qui rayonne de l'intérieur. 

    Geneviève et André

  • demain ?

    P1110143.JPG

    "encres et calames" © A.Cohen Aknin. Travail en cours

     

    je possède toutes les couleurs 

    avec laquelle me verra-t-on demain ?


    extrait de "le sourire de l'absente"

    André Cohen Aknin

  • Rentrée d'automne 2008

    le samedi 11 octobre 2008, nous serons à la bibliothèque de CRUAS en Ardèche 07350, à l'occasion de la Fête du Livre.

    "Une enfance algérienne". Deux regards d'enfance, deux approches, deux époques.

    Une rencontre avec le jeune public à 15h pour "Najib, l'enfant de la nuit "sera suivie à 17h d'une rencontre avec le public adultes. Lecture croisée du roman de Geneviève et de celui d'André, "La lèvre du vent". Suivront discussion et signature.

    le dimanche 12 octobre, Geneviève sera au Salon du livre Jeunesse - Café Bibliothèque - Chabrillan, 26400. http://www.cafebibliotheque.fr/

    le samedi 29 novembre, André sera au Salon du livre de Valence organisé par le Lions Club Valence Deux rives "Les Rencontres valentinoises" qui aura lieu de 10h à 18h30 à la Salle des Clercs, Place des Clercs, 26000 Valence

  • "roman(s) à Romans" les 17, 18 nov. 2007

    Un salon du livre est un lieu de rencontres, par excellence, surtout quand les organisateurs sont attentifs au bien-être de chacun comme c'est le cas au Salon "roman(s) à Romans".
    Des regards, des sourires, des livres circulent. Des conversations entre auteurs permettent de découvrir l'homme, la femme derrière les mots imprimés, leur cheminement singulier. Échange de questions et réponses sur les difficultés du métier.
    Il y a bien sûr les conversations avec les lecteurs, souvent individuelles, mais  ouvertes aussi aux passants qui glanent des mots, des réflexions sur un ouvrage. L'auteur présente sa démarche, le lecteur dit son attente, livre aussi des choses de sa propre vie, des choses parfois tenues secrètes. Sur notre table, André et moi présentons des ouvrages qui ont pour sujet principal l'Algérie. Sujet resté douloureux pour certaines personnes, silence tenu pendant des années. Et voilà que la présence du livre libère la parole. Voilà que la personne n'est plus seule avec sa déchirure. Une jeune femme découvre cette terre d'amour et de feu en feuilletant "La lèvre du vent", une terre où elle est née et qui était restée enfouie en elle.
    Il y a le petit garçon de six ans qui s'empare de l'album "Histoire d'éléphant".Je raconte, il tourne les pages. Il me dit : Je ne sais pas encore très bien lire, mais bientôt… Quelle attente, quel désir ! Il me montre l'étiquette en bas au dos de la jaquette : C'est quoi, là ? C'est le prix, il le sait, malgré son ignorance. Je le lui dis. Il court vers sa mère, demande, supplie, il le veut cet éléphant. Elle résiste : il y a tant de livres qu'on aimerait emporter, comment choisir l'un plutôt que l'autre ? Mais l'enfant a arrêté son choix, lui. Elle finit par céder et le petit emporte son album. Moi, je suis admirative devant tant d'énergie et de conviction.
    Il y a un garçon un peu plus grand qui va lire "Najib l'enfant de la nuit", mais qui écrit aussi et qui me demande conseil, me parle de ses difficultés pour le livre qu'il a commencé. Comment fait-on pour écrire sa page quand il y a trop d'idées à exprimer ?
    Nous ne pouvons tout dire de ces échanges nombreux, diversifiés. Le soir, on ne peut trouver le sommeil car il y a une danse des visages, une musique des paroles qui tournent inlassablement.
    Une envie de citer un recueil de poèmes de Cédric Le Penven, un jeune poète pénétré d'une parole qui auréole le quotidien, où les silences sont en mouvement :"Elle le givre" publié chez Jacques Brémond. En voici quelques vers :

    "Je crois parfois deviner un froissement de robe
    Un filet de fraîcheur pénétrant dans la chambre
    Une paume versant un peu d'eau sur ma nuque
    Une parole chuchotée au creux du sommeil"

     

    Livres évoqués :
    André Cohen Aknin La lèvre du vent Éd. L'Harmattan
    Geneviève Briot Un livre à la mer Éd. Marsa
    Najib L'enfant de la nuit  Jeunesse L'Harmattan
    Histoire d'éléphant Éd. Grandir

  • "Lire en mai" à Nyons

    les 17, 18 et 19 mai sur le thème de la gourmandise.

    Nous étions au Salon du livre "Lire en mai".
    Sur la place du marché, les saveurs, les odeurs invitent à la dégustation des fruits, des légumes, des miels, au régal des couleurs.
    Sous les arcades, les livres ouvrent une ruelle de sensations les plus diverses où se côtoient saveurs en tous genres. C'est dans l'ombre qu'ils se tiennent, prêts à se révéler aux lecteurs. Les passants curieux, intimidés parfois s'y promènent. À ceux qui palpent les pages, les auteurs dévoilent souvenirs et désirs enfermés sous les jaquettes sobres ou pimpantes. Une houle de paroles s'étale sous les arcades, une mer placide qui tait les tempêtes cachées dans les pages. Jackie, Nathalie, Annick et les autres bénévoles suivent le flux et le reflux de la marée, accueillent les visiteurs, veillent au bien-être des auteurs. Sylvain, Thibault voltigent d'une table à l'autre.
    C'est dans l'ombre aussi qu'on peut découvrir la librairie Pinet, cet antre qui plonge ses racines dans la mémoire. L'agencement hétéroclite des titres, des papiers, des peintures, des crayons crée un joyeux désordre qui n'est qu'apparent. Madame Pinet et son fils François en détiennent le secret.
    Notre table présente "La lèvre du vent", "Najib l'enfant de la nuit", "Un livre à la mer". Trois livres qui évoquent l'Algérie d'hier et d'aujourd'hui. Les rencontres, les conversations avec les visiteurs nous montrent une fois de plus combien sont nombreux, tenaces, les liens entre Français et Algériens, combien la parole libère. Les livres ont posé les mots indicibles et permettent de trouver un peu d'apaisement.
    "Histoire d'éléphant" est aussi sur la table et les aquarelles collages d'Armand Kaercher séduisent beaucoup de promeneurs. Je ne parlerai que de Lutz et Helga, la soixantaine, qui l'ont emporté le visage ravi : il sera sur l'étagère des livres jeunesse qu'il collectionnent. C'est qu'il n'y avait pas que des Drômois ; nous avons rencontré des Allemands, des Suisses, des Hongrois, des Hollandais.
    A la fin de "Lire en mai" sur la gourmandise, nous étions gorgés de paroles, de sourires, de petits bonheurs. Nos livres vont habiter des maisons inconnues, vont peupler des imaginaires. Nous sommes ici et ailleurs. Étonnant, non ?