Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2013

Des Cerises à la Médiathèque

En janvier, nous vous proposons

Une rencontre - lecture - signature de "Des cerises en hiver"

à la Médiathèque Simone de Beauvoir le 24 janvier à 18h30

en collaboration avec la Librairie des Cordeliers.

Geneviève présentera son dernier roman, en lira de larges extraits et échangera avec les personnes présentes.

La lettre des médiathèques du Pays de Romans présente ainsi ce roman :

Une soirée, un roman. Jusque là, Geneviève Briot s'était livrée à travers des poésies ou encore des romans se déroulant en Algérie, un pays cher à son cœur. Fin 2012 les éditions L'Harmattan publiaient Des cerises en hiver, un roman que l'auteur situe en Lorraine, sa région natale. Mais ne vous méprenez pas sur le titre. Geneviève entraîne le lecteur dans une danse, "une ronde des femmes" à travers le portrait de Roberte, modeste jeune femme. Avec son mariage, la voilà contrainte à n'être que la femme de, la mère de, et ce malgré ses rêves, ses espoirs. La faute à l'époque, la société et à l'éducation ! Mais dans sa ronde, elle tient la main de ses filles et petites filles qui elles, ont choisi de vivre leur Vie. 

Commentaires

bonjour,
j'ai entendu parler de votre livre (cerises en hiver) hier soir , une coupure d'un journal lorrain ! Et je vais me précipiter pour aller l'acheter.
Mon nom ne doit rien vous évoquer, mais Lucie et André Madeleine et François, , vous en souvenez-vous ? Chaque été je retrouvais ce paradis qu'était pour moi ce village, et vous m'avez peut-être aperçue d'abord dans une poussette (vous étiez presqu'une adolescente) puis bien plus tard, perchée sur des échasses, ou jouant au béret, à la marelle au milieu de la rue, ou juchée tout en haut d'une voiture de foin, ou au milieu de caisses de mirabelles, ou encore ramenant à l'étable des vaches parfois récalcitrantes.
"Dans l'attente de vous lire" aurait écrit tante Lucie qui nous envoyait des nouvelles du village. Je n'avais pas su pour votre mère. cela m'attriste. Je me rappelle bien de son sourire, de sa gentillesse, quand j'allais "au pain".

Écrit par : D. | 23/03/2013

merci pour votre charmant message. Je vous réponds par mél.
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 23/03/2013

Bonsoir,

J'ai lu avec beaucoup d'émotion et de souvenirs la vie de ce village qui a été aussi le mien. Comme vous , j'allais chercher le pain qui était aussi bon qu'un gâteau

Écrit par : Pons née Henrion | 23/04/2013

Les commentaires sont fermés.