Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La mémoire individuelle et collective 

"La mémoire individuelle et collective" 
Guy Masson, Bibliothécaire pour le blog des critiques de lectures écrites par les bibliothécaireshttp://everitoutheque.viabloga.com/
 
Voici un livre bouleversant qui décrit  après une longue absence la rencontre d’un fils  avec sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Confronté aux atteintes neurologiques irréversibles engendrées par cette maladie, il va malgré tout essayer de rentrer en communication avec Juliette. Il va noter toutes les bribes de mots qu’elle prononce. Pour réveiller ses souvenirs d’ancienne couturière à Oran, il va lui faire toucher du tissu. Il va également lui faire écouter de la musique arabo-andalouse… Se sentant coupable, conscient d’être à l’origine du chagrin maternel, le narrateur va lui raconter ses souvenirs d’enfance en Algérie,  son exil volontaire et ses nombreux voyages.

Cette tentative de rapprochement va se heurter au regard critique de son frère aîné, mais aussi de l’assistante de vie. Heureusement, il retrouvera un peu de réconfort grâce à Mourad, l’épicier arabe avec qui il apprendra à réaliser une loubia, un plat typiquement algérien et que Juliette faisait si bien.

La mémoire individuelle et collective est sans doute le thème central de ce récit écrit  avec  sensibilité et délicatesse. Il est question de la guerre d’Algérie, d’exode forcé, de nostalgie. C’est un ouvrage qui mélange les goûts, les couleurs, les odeurs, les recettes de cuisine, les musiques et les traditions juives et musulmanes.

On retrouve dans ce roman des thèmes chers à André Cohen Aknin, écrivain et poète : l’attachement à l’Algérie, aux racines, aux traditions, la douleur d’avoir perdu sa sœur et le pays de son enfance. C’est le bilan d’une vie passée à comprendre son sens. C’est aussi le regard lumineux d’un poète qui apprécie le mélange des cultures et qui dresse un pont entre celles de l’Orient et de l’Occident.
Ce roman apporte un regard bienveillant sur l’autre qu’il s’agisse de la personne malade perdue dans un océan inconnu ou de l'étranger. 

Récit à la fois intime, poétique et humaniste qui peut se lire à plusieurs niveaux.

Une mention spéciale pour le soin apporté par l’éditeur à la composition de cet ouvrage qui est aussi un bel objet.

Écrire un commentaire

Optionnel